Jouer pour aller mieux : quand les jeux vidéo nous aident quand tout va mal

Si on sait aujourd’hui que les jeux vidéo cachent des vertus insoupçonnées, on ignore souvent que jouer peut s’avérer bénéfique, voire thérapeutique. Voici quelques situations où les jeux vidéo nous sortent la tête de l’eau ! 

Survivre aux confinements

Si le confinement de mars 2020 a prouvé quelque chose, c’est que les jeux vidéo sont une soupape formidable et un moyen de s’échapper d’une réalité parfois douloureuse. L’incroyable succès d’Animal Crossing : New Horizons en est une démonstration implacable. Selon une étude publiée en novembre 2020 par le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL), 32 % des joueurs français jouent plus qu’avant le premier confinement et 1 joueur sur 3 déclare que la pratique du jeu vidéo lui a permis de garder le contact avec sa famille et ses amis. “Le jeu vidéo a joué un rôle essentiel dans de nombreux foyers pendant le confinement et confirme ses vertus sociales : 52 % des joueurs déclarent que la pratique du jeu vidéo permet de créer du lien social” conclut l’étude.

 En pleine distanciation sociale, le jeu vidéo crée des ponts entre joueurs et joueuses, il participe à un sentiment de “non-isolement”. Selon Vanessa Lalo, psychologue clinicienne spécialisée dans les pratiques numériques, parce qu’ils gratifient et font travailler l’estime de soi, les jeux vidéo peuvent être un refuge. “Un certain nombre de familles se sont rendu compte que ça permettait d’apaiser des conflits. Quand on était les uns sur les autres, l’intrusion arrivait assez vite. Du coup, remettre du jeu collectif permettait aussi de rebattre les cartes, de recréer des complicités ou de discuter” précise-t-elle au micro de France Info

En mars 2020 lors d’une campagne baptisée “Play Apart Together” (jouer séparément mais ensemble en français), l’Organisation mondiale de la santé encourageait même sa pratique ! 

Sur Pleio, on joue à quoi ? 

The flame in the flood, à partir de 16 ans.

Envie de changer de décor ? Besoin d’un bol d’air frais en pleine nature ? Si le confinement, le couvre-feu ou la pandémie vous oppressent, jouez à The Flame in the flood. Ce jeu d’exploration survivaliste devrait vous apporter un peu de dépaysement ! À bord d’un radeau, une jeune fille et son chien dérivent le long d’une rivière… Un voyage en pleine nature où vous devrez survivre en cueillant des ressources et en collectant des outils. 

Syberia III, à partir de 12 ans.  

Imaginé et dessiné par Benoit Soka, Syberia III est un petit bijou pictural et narratif. On suit les aventures de Kate Walker qui débarque sur la mystérieuse île de Syberia sur laquelle vivent encore des mammouths ! Forêt blanche, autruches des neiges et tribus d’inspiration mongole… Manette en main, vous serez bien loin de votre salon. 

Combattre la dépression

Et si le jeu vidéo était une échappatoire mentale permettant à des personnes en proie à des phases de dépression de retrouver une forme de contrôle et mieux gérer certaines émotions ? En 2019, une journaliste du New York Times s’est intéressée aux liens qui existent entre santé mentale et jeu vidéo, mais cette fois-ci sous un angle plus positif, celui du thérapeutique. “Incarner un personnage de jeu vidéo qui souffre de dépression pourrait laisser une impression plus profonde des défis de la maladie que de simplement regarder un film sur le même personnage, par exemple”, explique-t-elle. Son enquête démontre que certains jeux peuvent directement aider les personnes touchées à surmonter leur solitude, de l’anxiété ou même une dépression. Selon le psychologue et psychanalyste Michael Stora, le jeu vidéo a “un pouvoir exutoire et cathartique. (…) Il permet d’installer une distance avec les événements qu’il simule.”

Sur Pleio, on joue à quoi ? 

Don’t Starve, à partir de 12 ans  

Objectif : prendre soin de soi (et accessoirement, rester vivant). Dans Don’t Starve, vous incarnez Wilson, un scientifique piégé par un démon et transporté dans un monde sauvage. Un décor hostile duquel vous devez vous échapper en rassemblant des ressources et en confectionnant des outils. Un jeu de survie inspiré visuellement par le cinéma de Tim Burton ! 

Back to bed, à partir de 10 ans 

Besoin d’échapper à la réalité, voire à votre subconscient ? Le puzzle-game Back to bed déroule un décor onirique inspiré des grands classiques de la peinture surréaliste (Salvador Dali et René Magritte). Le but du jeu ? Sauver Bob le somnambule en pleine traversée de son subconscient. Un casse-tête poétique qui demande de la patience et rappelle la citation célèbre de Dali : “Dormir est une façon de mourir ou tout au moins de mourir à la réalité, mieux encore c’est la mort de la réalité.”  

Surmonter un deuil 

Dans les jeux vidéo, la mort est omniprésente. On meurt mille fois pour avancer, on tue aussi parfois pour survivre. Sans dire qu’elle est banalisée, elle est une composante essentielle de notre traversée vidéoludique. C’est certainement ce qui en fait un terrain propice lorsqu’il s’agit d’aborder la perte d’un être cher, le chagrin voire même la sensation de vide. Différentes stratégies peuvent se mettre en place, on peut y trouver un refuge ou s’en servir pour se changer les idées. Certains jeux s’intéressent même frontalement à la question, c’est le cas du jeu mobile Apart of me conçu par des experts et des jeunes personnes ayant vécu un deuil par le passé. Apart of me nous emmène sur une île tropicale, un endroit paisible élaboré pour nous aider à gérer nos émotions et découvrir en nous, une force et une sagesse insoupçonnées. “Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été” disait Albert Camus. 

Le premier titre des Barcelonais de Nomada Studio, Gris aborde lui aussi la question du deuil. Le jeu s’ouvre sur une cinématique déchirante pendant laquelle une statue se brise entraînant la chute dans le vide d’une jeune femme. C’est le début d’un long périple, construit sous forme de plateformes et de puzzles à résoudre. Organisé en fonction des différentes phases du deuil théorisées par la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross : le déni, la colère, l’acceptation... Une très poétique métaphore du processus de deuil qui servira de guide à qui le souhaite. 

Sur Pleio, on joue à quoi ? 

HUE, à partir de 3 ans

Recolorer un monde que l’on voit gris, sans espoir… Jeu primé, Hue est un puzzle-aventure dans lequel on métamorphose un univers monochrome grâce à une palette de couleurs. Le bleu, le rose ou encore le violet permettent ainsi à Hue de débloquer certains passages pour avancer dans l’histoire. 

© The Molasses Flood. Licensed by Curve Digital Publishing Limited.

© 2014 Surreal Games ApS, a Bedtime Digital Games ApS company. All rights reserved.

Hue™ & © Fiddlesticks Games Limited. Licensed by Curve Digital Publishing Limited.

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.